• Arnaud

Le p'tit vélo dans la tête

La marche déclenche une myriade de pensées désordonnées aussi furtives que des météores...

A peine les aperçoit-on quelles s'évanouissent dans l'atmosphère à la vitesse de la lumière. Mais Il vous en reste toujours quelque chose; comme une image subliminale imprimée dans les limbes de votre cerveau.

A contrario, montez sur un vélo, et aucune idée, aucune réflexion aussi fugace soit-elle ne vous efleurera.

Émile Zola disait : "J'aime la bicyclette pour l'oubli qu'elle donne. J'ai beau marcher, je pense. A bicyclette je ne pense plus, je vais dans le vent".

Plus énigmatique, et dans un autre siècle, Bernard Hinault alias"le blaireau", déclarait dans ses mémoires : "Dans le vélo, il y a ceux qui font les cons, et ceux qui font pas les cons".

Sans vouloir se faire des nœuds avec la chambre à air jusqu'à ce que la roue pète, force est de constater que les observations d'un amateur de biclou peuvent être plus pertinentes et moins prosaïques que celles d'un professionnel.

Les uns suivent le vent pour se mouvoir sans trajectoire définie.

Les autres enruhment les concurrents, se marquent à la culotte, se crêpent le guidon et écrasent les pédales à s'en faire péter les varices.

La différence d'approche se situe peut être dans les termes utilisés pour désigner l'engin. Vélo ou bicyclette...

Ce jour là, donc, j'ai photographié un vélo.




27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout